Réflexions sur la barre, en tant que typologie rationnelle et flexible.

Flexible? La barre faite de voiles porteurs exalte la circulation horizontale et donc la mitoyenneté verticale.

Jean Nouvel – Nemausus
Peter and Alison Smithson – Robin Hood Gardens
Le Corbusier – Unité d’habitation de Marseille

La barre ainsi considérée s’apparente à la tour. Elle n’est pas flexible.

Jean Nouvel – 53W53rd Street
Shop – 111W57th Street
Robert Stern – 220 Central Park South
Rafael Viñoly – 432 Park Avenue
Christian de Portzamparc – One W57th Street

Adrian Smith and Gordon Gill – Central Park Tower

Barres et tours non flexibles à la même enseigne:

Nous refusons de coucher 432 Park Avenue!

Mais, nous considérerons ces références, moins formelles, plus flexibles, plus en accord avec une société du petit capital.

“Volumes organisés, donc Architectures. Organisés dans le temps, donc Urbanisme.”

H. Bernard, Paris Majuscule



A Tiergarten, Frei Otto construit des sols de 7m de hauteur. Structures rationnelles, habitées dans un deuxième temps, elles inspireront Lacaton Vassal pour l’Ecole d’Architecture de Nantes.

Les Case Study Houses, en Californie, sont l’application d’un même système constructif après la seconde guerre mondiale. La rationalité de la construction génère une famille de forme.

A Almere, à coté d’Amsterdam, la structure est politique et juridique. “It was the fondamental choice of the political administration. […] to sell its land directly to its citizens. […] not only the construction of homes but also the entire planning of the area is in the hands of the residents. People draw their desired plot on the map, build and manage the roads together with neighbors. More than half of each plot must be used for urban agriculture.” Jacqueline Tellinga dans Bau Meister B6.

La liberté de choix s’adresse à la multitude.

Le rationalisme radical assume une circulation flexible.

Alors pourquoi la barre?