La plateforme s’inscrit dans le contexte des docks de Rotterdam, sur cette parcelle spécifique, ou différentes industries, particulièrement pétrolières, sont encore très présentes.

Ici on retrouve notre concept appliqué à la plateforme. Dans la première phase, l’idée étant de réduire l’activité pétrolière, le site est restructuré. C’est à dire que les grands axes sont conservés et la plupart des usines démolies pour laisser place à de nouveaux axes de circulation horizontaux, de nouveaux espaces ou bâtiment publics. Le niveau du rez donc du site est donc purement infrastructurel. Vient ensuite la structure béton poteau poutres, conçue dans son entièreté avec l’aide de moyens de construction lourds, donc grues. Dans la deuxième phase les habitants s’organisent au sein de leur voisinage de 500 personnes, pour définir ou se localisent les gaines de services, les empreintes du bâti, les circulations verticales pour accéder au niveau ainsi que les montes charges, les vides et pleins dans la dalle. Ensuite les foyers construisent leurs espaces à l’aide des montes charges verticaux, et grâce aux dalles préfabriquées, s’occupe des raccordement horizontaux aux services

En rouge on voit les éléments conservés du site, certains monuments, ainsi que les axes principaux de circulation, et des espaces publics verts remplacent les usines pétrolières. Les escalators et les montes charges lient ce tissu restructuré avec la plateforme, et les noyaux de services permettent la construction du bâti sur les niveaux. On y trouve donc les logements, les rues, les espaces publiques. Finalement, le canal est utilisé également à des fins publiques…

…comme on le voit sur la portion de plan. On voit également les différentes couches des trois échelles de décisions. La structure poteau poutre qui permet de laisser libre les voisinages de gérer les infrastructures publiques, les services et les puits de lumières. Sur cette base les foyers s’organisent pour s’approprier leurs espaces, et à les construire.

La plateforme revalorise donc, dans le temporalité, ce site hautement pétrolier en lui donnant vie, en lui donnant un tissu plus consistant, en lui donnant une autre appréhension de l’eau et une autre identité.