Ainsi naît la « machine à habiter » qui propose à tous les habitants : confort, lumière, de nombreux rangements, une cuisine intégrée, … le tout pensé selon une ergonomie adaptée au corps humain.

L’immeuble est également conçu comme un paquebot qui permettrait une vie en autarcie par l’implantation de commerces au cœur du bâtiment, tout en laissant un espace ouvert à la vie extérieure.

Quelques uns des éléments clés de ce concept  : le plan libre associé à la baie vitrée qui fait la largeur de la pièce permettent d’optimiser l’ensoleillement ; l’élévation du bâtiment sur pilotis libère le terrain et la vue ; le toit terrasse offre un espace de loisir loin du bruit ; le brise-soleil laisse pénétrer le soleil en hiver et protège de la chaleur en été.Le bâtiment est construit sur le principe de la verticalité, pour favoriser la distribution de la lumière  et par opposition à la ville horizontale, dévoreuse d’espace.

les années 50
maintenant