Le Collectif cherche sa prochaine destination, sur le chemin pour Cocagne. Raphael se rappelle de Angela Bonadies et de Juan José Olavarria, deux artistes rencontrés lors d’un précédent voyage, qui lui avaient parlé d’une tour particulière à Caracas. Le Collectif se remet en route.

Iwan Baan, Torre de David, 2011

Dans son mélange d’éléments pré et post modernes, on peut lire cette incapacité à la nostalgie qui a conduit à voir dans ses ruines modernes non pas un monument, un patrimoine ou un déchet, mais la possibilité toujours renouvelée de reconquérir un avenir

Simón Romero, María Eugenia Díaz, “A 45-Story Walkup Beckons the Desperate “, New York Times, Février 2011

Bonadies et Olavarría, La torre de David (por fuera y por dentro), 2011



La Tour David, une tour de bureaux de 45 étages à Caracas conçue par l’architecte vénézuélien Enrique Gómez, a été abandonnée, suite au décès de son promoteur, David Brillembourg, en 1993 et de l’effondrement de l’économie vénézuélienne en 1994. En octobre 2007, un groupe de familles sans abri a envahi l’immeuble et, en juin 2009, elles ont formé la coopérative intitulée Cooperativa Cacique Venezuela. Aujourd’hui, 750 familles y vivent et ont créé un modèle original de communauté informelle que certains décrivent comme un « barrio » ou une favela verticale. Cependant, ces dénominations ne sont pas exactes, puisque les habitants disposent d’un logement consolidé et résistant aux intempéries, ainsi que de l’eau et de l’électricité, des transports et des communications, et d’un espace suffisant pour éviter la surpopulation. D’autres préfèrent donc définir la Tour de David comme une occupation ou un squat, mais cette qualification européenne n’est pas non plus tout à fait satisfaisante, car elle décontextualise le phénomène et introduit une connotation politique et contre-culturelle étrangère à la réalité vénézuélienne.
Source

« Ils nous appellent des envahisseurs. Nous avons des besoins, ils sont grands et forts. Dieu merci, ces gens sont devenus un peu plus organisés. Bien sûr, on n’a pas nié qu’il y a eu beaucoup de mauvaises remarques sur le bâtiment. Mais je pense qu’il y a plus d’organisation désormais et plus de sécurité. Nous voyons que le président (de la coopérative) s’est organisé et qu’on a agi en conséquence. »

Simón Romero, María Eugenia Díaz, “A 45-Story Walkup Beckons the Desperate “, New York Times, Février 2011

Bonadies & Olavarría, La torre de David (por fuera y por dentro), 2011
Markus Kneer and Daniel Schwartz, Film: Torre David, Venezuela/Switzerland, 2013