Discussions autour de la multitude

Acuartelado, 2017, Juan Genovés

The people is one. The population, of course, is composed of numerous differents individuals and classes, but the people synthesizes or reduces these social differences into one identity.”

The multitude , by contrast, is not unified but remains plural and multiple.”

The multitude is composed of a set of singularities— and by singularity here we mean a social subject whose difference cannot be reduced to sameness, a difference that remains different.”

“The component parts of the people are indifferent in their unity : they become an identity by negating or setting aside their differences.”

The multitude…is not fragmented, anarchical, or incoherent. It should also be contrasted to other series of concepts that designate plural collectives, such as the crowd, the masses and the mob. These are incoherent and recognize no common shared elements, their collection of differences remains inert and can easily appear as one indifferent aggregate.” 

“The components of the masses and the crowd, are not singularities. Moreover, these social subjects cannot act by themselves but rather must be led. … That is why they are so susceptible to external manipulation.” 

The multitude, designates a social subject, which acts on the basis of what the singularities share in common. The multitude is an internally different, multiple social subject whose constitution and action is based not on identity or unity (or, much less, indifference) but on what it has in common.”

Multitude: War and Democracy in the Age of Empire, Michael Hardt et Toni Negri, 2004

La multitude comprend “La totalité des individus qui travaillent et produisent sous la loi du capital”

“Tandis que Hobbes passait de la classe sociale naissante (la bourgeoisie) à la forme de souveraineté exigée par elle (celle de l’Empire) à la “classe globale” (la multitude).

La multitude, née à l’intérieur de l’actuelle souveraineté impériale, tend au dépassement de cette dernière et, au-delà, de toute forme de souveraineté.”

La multitude ne peut être souveraine”

Seule la multitude, est capable de faire société de façon autonome.”

“La puissance turbulente du grand nombre menace en son coeur l’ordre politique, précisément en raison de son caractère foncièrement inordonnable”

“Qu’est-ce que peut devenir la multitude”

L’appartenance à la multitude se traduit par la participation de la production comprise comme production de savoir, de connaissances et d’informations.

“Une telle Puissance se constitue par composition des forces des individus comme effet d’une passion commune (espoir, crainte ou désir). Par conséquent, les détenteurs du pouvoir (potestas), les gouvernants n’ont de puissance (potentia) que celle qui leur est accordée à chaque instant par léa multitude elle-même.”

La multitude est le pur indéfini numérique en tant qu’il constitue une multiplicité irréductible à l’unité de l’homogène.”

La multitude est faite des singularités agissant en commun”

“Reconnaître une “condition commune”, cette condition commune n’est pas pour autant une condition homogène…implique, l’hétérogénéité des formes de participation à la production sociale.”

La puissance de la multitude, c’est cette créativité foisonnante et multiforme qui produit continuellement du commun et qui le produit en commun.”

“Concentrer sa puissance dans une décision commune

A propos de la Multitude, Pierre Dardot, 2005