mardi 22 septembre

En passant devant un hôtel, nous avons croisé le chemin de Paul B. Preciado, qui revenait tout juste d’un séjour à la Nouvelle Babylone. Curieux de récolter le récit de ses aventures, nous nous arrêtons pour l’écouter un instant. À la fin de la soirée, intrigués, nous décidons de partir à la découverte de cette ville.

Preciado, Paul B., and Despentes, Virginie . Un appartement sur Uranus: chroniques de la traversée. Paris: Bernard Grasset, 2019.
Constant Anton Nieuwenhuys, Nouvelle Babylone et le Collectif Cocagne
Constant Anton Nieuwenhuys, Nouvelle Babylone

lundi 28 septembre

Dans la Nouvelle Babylone, nous sommes débarrassés du travail grâce à l’hyper-technologie, et nous pouvons désormais  vivre en nomades. Les cités dortoirs perdent leur sens, l’habitat peut devenir temporaire et mobile. La structure touche à peine le sol, qui est rendu à la nature, à l’agriculture et aux jardins. 

Ici, on construit son identité à travers la confrontation aux autres, nous pouvons nous organiser en communautés, et pourtant ces liens sont tout aussi temporaires et mobiles que la structure qui les abrite. Ici, nous pouvons utiliser notre temps de manière créative, intervenir à petite échelle sur notre environnement, et pourtant la ville s’étale à l’infini. Ici nous sommes libres, et pourtant nous sommes conscients de la confusion et de la destruction qui précèdent ce genre de propositions urbaines. 

En constant déplacement dans cette ville labyrinthique, nous poursuivons notre voyage en direction de Paris.

Constant Anton Nieuwenhuys, Nouvelle Babylone