Infrastructures, Protection, Transport

Les tunnels

L’exemple du tunnel du Saint-Gothard nous montre que les villages de la vallée, alors moins utilisée car détournée par le tunnel, se retrouvent délaissées et dé-popularisées.

https://labs.letemps.ch/interactive/2016/longread-gothard/

Si on prend cette exemple comme élément fondateur d’une augmentation de lits froids, nous pouvons poser la question suivante: Si on propose une meilleure qualité de vie dans le fond de la vallée, les gens seraient-ils prêts à “utiliser” ces nouvelles infrastructures que sont la barre et la plateforme?

Tunnel du gothard et villages concernés (source: Le Temps)
Tunnel du Simplon, longueur 19,8 km
Tunnel de Saint-Maurice
Tunnel et pont de Saint-Maurice

Paravalanche

“La forme la plus naturelle de la protection contre les avalanches est la forêt de montagne. Elle n’est cependant pas présente sur tous les versants, et elle ne dépasse pas une certaine altitude (environ 1800 m). Ce sont les ouvrages de retenue qui assurent ici sa mission.” (ISSW)

Il existe plusieurs types de paravalanches:

  • Les ouvrages de retenue évitant le départ des avalanches.
  • Les ouvrages de retenue stabilisant le manteau neigeux.
  • Les galeries de protection des routes
Paravalanches du grand Chavalard
Ouvrages de retenue en métal
Paravalanche en bois
Galerie de protection contre les avalanches à Fully
Galerie de la Tine, chemin de fer Montreux Oberland bernois (MOB)

Les Chemins de Fer

“Le Gouvernement valaisan issu des événements de 1848 se
trouva placé devant de bien lourdes tâches de tout genre. La
question des chemins de fer se posait entre autres à lui, alors que d’importants problèmes routiers et de diguement du Rhône attendaient depuis longtemps leur solution.”

“Le problème ferroviaire valaisan était particulièrement difficile à résoudre, car on ne pouvait pas songer à l’établissement
d’une simple ligne de plaine du lac Léman à Brigue, techniquement facile à construire, mais d’un rendement insuffisant pour
attirer les capitaux. Il fallait y joindre l’attrait de la traversée des
Alpes, problème extraordinairement ardu pour l’époque.”

“Le tracé (entre le Bouveret et Sion) fut établi avec de grands parcours rectilignes, sans se soucier beaucoup des localités.”

“À Ardon, les autorités demandèrent au contraire un éloignement de la ligne de 4 à 500 m, le tracé prévu coupant d’excellents terrains. La Commune offrait des terrains gratuits sur 4 km en cas d’acceptation.”

L’achat et l’expropriation des terrains

“Le Gouvernement comptait surtout fournir à la Compagnie
des terrains communaux incultes pour tenir ses engagements.
Mais il y eut de vives réactions contre ce procédé, car par la seule annonce de la construction du chemin de fer tous les terrains avaient pris de la valeur.”

Source: Paul Perrin, “Les débuts du chemin de fer en Valais”, 1961

Les Téléphériques

Les Ponts