“les colonnades ne sont rien d’autre que des murs percés et ouverts à de nombreux endroits”

Leon Battista Alberti, De re aedificatoria, 1485, livre 1, chap. 10, Editions du Seuil, Paris, 2004, p.82
Marc-Antoine Laugier, Essai sur l’architecture: cabane primitive, Ed Duchesne, Paris, 1753.

Les vecteurs de l’architectures libres

L’espace en mathématique est infini, continu et possède 3 dimensions, Il peut être également défini par deux élément horizontaux (X et Y) qui forme un plan et un élément vertical (Z). L’architecture trouve ses racines dans ces dernières.

.

.

En effet, dans son traité Essai sur l’architecture publié en 1753, l’historien et philosophe Marc-Antoine Laugier étudie les prémices de l’architecture en concevant ça propre idée de « la cabane primitive ». Pour lui, l’homme, dans sa recherche d’un abris sur, lumineux et ventiler, à générer un modèle pour tout type d’architecture. Les principaux éléments la composant sont la surface naturelle aux sol (le 1er plans) les éléments protecteurs qui forment le toit (le deuxième plans) et les arbres, seul lignes verticales naturelles qui permet de raccorder les deux. On en vient à la conclusion qu’il ne peut pas y avoir d’architecture sans plan, qu’ils soient fictifs, naturels ou construits.

La conception du plan devient ainsi un élément essentiel dans l’architecture, autant dans son positionnement dans l’espace (le plan) que dans sa construction (la dalle). La verticalité à quant à elle un rôle important de soutient, c’est elle qui permet de faire le lien entre les différents plans. Le modèle de la Maison Dom-Ino de Le Corbusier (1914), est une évolution directe des principes élémentaires de la cabane primitive, assurant, dans un premier temps, uniquement une fonction d’abris. C’est un système de construction idéal consistant en une trame de poteaux supportant des dalles de béton permettant ainsi de réaliser un plan libre et des façades libres de toutes structures.  Il lie ainsi deux réalités formées par le plan et la structure : Le plan forme une unité principale pouvant se multiplier à l’infini et la colonne, la ligne qui permet à ce plan de s’élever dans l’espace sans pour autant le contraindre. 

.

Rem Koolhaas, Elements of architecture - 14 (Wall). International Architecture Exhibition, la Biennale di Venezia, Ed. Marsilio, 2014

“Un système de structure – ossature – complètement indépendant des fonctions du plan de la maison”

Extrait de Le Corbusier et Pierre Jeanneret, Oeuvre complète, volume1, 1910-1929