Le programme des barres, un centre de culture identitaire, implanté dans Berlin permet aux minorités d’être visibles dans la métropole. A l’intérieur des barres, on enseigne, on expose, on échange, on découvre… Ce programme prend place à l’intérieur de l’enveloppe des barres, et est complété par la ville verte d’une part, et les activités sportives en toiture d’autre part. Tandis que les interstices végétaux sont le lieu de production de la nourriture et de l’évacuation des déchets organiques, la toiture est entièrement dédié à la pratique sportive. De la satisfaction des besoins primaires, en passant par la culture, et en finissant par l’exultation physique, les barres proposent un circuit vertical vers l’accomplissement de soi.

Mens sana in corpore sano

La pratique sportive est un point fondamental tant pour la santé physique que la santé mentale. Elle permet également de rendre l’assimilation des nouvelles connaissances plus aisée.

Le sport est également un langage universel et fédérateur. A l’image des Jeux Olympiques qui rassemblent l’humanité autour des valeurs de respect, d’excellence et de fraternité, les sports en toiture des barres permettent à l’ensemble des visiteurs de s’unir et partager. Les compétitions organisées n’opposeraient pas deux nations ou équipes opposées, mais seraient la véritable célébration d’une Fédération Internationale Minoritaire, dont tous les membres seraient membres.

A l’image de la ville verte au sol, une gradation a lieu sur les toitures : les sports individuels sont organisés sur les barres les plus aux extrémités du système (et donc les plus proches de la métropole), et la collectivité augmente en se rapprochant du cœur du système. Ceci reflète la volonté des barres d’éduquer les visiteurs, en transformant progressivement l’individualisme actuel de la métropole en communautés de plus en plus grandes.